L'impression numérique | MAILEX

Christophe, passionné par l’impression numérique

Dans les grandes salles blanches de Mailex, les presses numériques ronronnent en permanence. Christophe n’est jamais très loin, il veille jalousement sur « ses » machines. Celle-ci doit être réalimentée en papier, une production s’achève sur celle d’à-côté, il y en a une autre à paramétrer pour lancer un tirage… Dans la journée de Christophe, il y a du rythme, des urgences et beaucoup de papier.

 

– Quel est le parc machine de Mailex et à quoi sert-il ?

Christophe : Mailex édite de gros volumes de courriers de gestion (éditique gestion), factures et bulletins de salaire. Nous assurons ces impressions quotidiennes grâce à 3 presses jet d’encre très haut débit à haute résolution d’impression. Ce sont des outils spécifiques pour permettre la mise sous plis à des vitesses équivalentes.

En presse numérique laser, nous disposons également de 3 machines : une imprimante qui assure le format SR A3, soit 32 x 45 cm. C’est un format un peu plus grand que le A3 classique. Puis nous travaillons sur une presse qui imprime à 60 feuilles/minute selon le grammage du papier, et qui assemble les pages directement pour faire des brochures. Enfin, le dernier investissement est une imprimante laser plus récente : elle monte à 120 feuilles/minute, quel que soit le grammage, sachant qu’elle accepte des papiers allant jusqu’à 450 gr. Et le format imprimé est plus important, jusqu’à 70 cm de long. Cela nous permet de proposer d’imprimer en une seule fois des mailings couleur avec plusieurs volets. On fait ça pour un client pisciniste : c’est sympa car le mailing plié est en format A4 mais une fois déplié, il présente toute la gamme de piscines sur les différents volets. Cette dernière imprimante est très performante, elle a de très beaux rendus de couleur, notamment sur les aplats noirs, toujours délicats à réussir.

 

– Comment organisez-vous vos plannings de production ?

Christophe : Je les ajuste tous les ¼ d’heure à peu près ! Ce qui nous guide, chez Mailex, c’est la date de dépôt poste pour les mailings. Nous organisons donc la production, avec Valentin, en fonction des urgences, des fichiers qui arrivent en permanence pour l’éditique des courriers de gestion, des caractéristiques techniques des documents à imprimer. Chaque travail est unique et il y a 1000 détails à régler sans cesse : mettre le bon papier avec le bon format dans la machine, vérifier les fichiers, les paramètres d’impression et de personnalisation, etc. Nous devons avoir toujours en tête l’ensemble de la production à assurer et la répartir au mieux sur le parc machine pour garantir les délais de livraison.

 

– Si vous aviez un mot à donner pour qualifier votre travail… ?

Christophe : La résistance au stress, certainement car les contraintes de planning sont réelles. Mais aussi la rigueur. Car une fois imprimé, le document n’est pas terminé. Il faut ensuite réaliser la finition, que l’on appelle le façonnage en imprimerie : massicoter, plier, assembler, relier, rainer, perforer, coller. Pour toutes ces tâches, les machines doivent être réglées au millimètre pour garantir une finition parfaite au document. Imaginez une brochure de plusieurs pages avec un décalage entre les feuillets, ce ne serait pas esthétique ! Même exigence pour le pliage des mailings, car les machines de mise sous pli ne tolèrent pas le moindre décalage. Nous assurons donc un travail de précision à chaque étape de la fabrication, afin de livrer un produit très qualitatif à nos clients.

Share This